Désert de Lout

Le Désert de Lout, ou Dasht-e-Lout, est situé dans le sud-est du pays. Entre juin et octobre, cette région subtropicale aride est balayée par des vents forts, qui transportent des sédiments et provoquent une érosion éolienne à une échelle colossale. Par conséquent, le site présente quelques-uns des exemples les plus spectaculaires de reliefs yardang éoliens (crêtes ondulées massives). Il contient également de vastes déserts pierreux et des champs de dunes. La propriété représente un exemple exceptionnel de processus géologiques en cours.

Le Qanat persan

Dans les régions arides d’Iran, les établissements agricoles et permanents sont soutenus par l’ancien système qanat consistant à exploiter les aquifères alluviaux au sommet des vallées et à acheminer l’eau le long des tunnels souterrains par gravité, souvent sur plusieurs kilomètres. Les onze qanats représentant ce système comprennent des aires de repos pour les travailleurs, les réservoirs d’eau et les moulins à eau. Le système de gestion communautaire traditionnel encore en place permet un partage et une distribution d’eau équitables et durables. Les qanats fournissent un témoignage exceptionnel des traditions culturelles et des civilisations dans les zones désertiques au climat aride.

Paysage culturel de Maymand

Maymand est une zone semi-aride autonome au bout d’une vallée à l’extrémité sud des montagnes centrales de l’Iran. Les villageois sont des agro-éleveurs semi-nomades. Ils élèvent leurs animaux dans les alpages, vivant dans des campements temporaires au printemps et en automne. Pendant les mois d’hiver, ils vivent plus bas dans la vallée dans des habitations troglodytes creusées dans la roche tendre (kamar), une forme inhabituelle de logement dans un environnement désertique et sec. Ce paysage culturel est un exemple d’un système qui semble avoir été plus répandu dans le passé et implique le mouvement des personnes plutôt que des animaux.

Suse

Située dans le sud-ouest de l’Iran, dans les montagnes du Zagros inférieur, la propriété englobe un groupe de monticules archéologiques s’élevant du côté oriental de la rivière Shavur, ainsi que le palais d’Ardeshir, sur la rive opposée de la rivière. Les monuments architecturaux excavés comprennent des structures administratives, résidentielles et palatiales. Suse contient plusieurs couches d’agglomérations urbaines superposées dans une succession continue de la fin du 5ème millénaire avant notre ère jusqu’au 13ème siècle de notre ère. Le site porte un témoignage exceptionnel sur les traditions culturelles élamites, persanes et parthes, qui ont largement disparu.

Shahr-i Sokhta

Shahr-i Sokhta, qui signifie «ville brûlée», est situé à la jonction des routes commerciales de l’âge du bronze traversant le plateau iranien. Les vestiges de la ville en briques représentent l’émergence des premières sociétés complexes dans l’est de l’Iran. Fondée vers 3200 av. J.-C., elle fut peuplée pendant quatre périodes principales jusqu’en 1800 av. J.-C., au cours desquelles plusieurs secteurs distincts de la ville se développèrent: ceux où des monuments furent construits et des quartiers séparés pour le logement, l’enterrement et la fabrication. Les détournements dans les cours d’eau et le changement climatique ont conduit à l’abandon éventuel de la ville au début du deuxième millénaire. Les structures, les cimetières et un grand nombre d’artefacts significatifs mis au jour, et leur état préservé en raison du climat sec du désert, font de ce site une source d’information sur l’émergence de sociétés complexes et de contacts au troisième millénaire avant JC .

Palais du Golestan

Le somptueux palais du Golestan est un chef-d’œuvre de l’ère Qajar, incarnant l’intégration réussie de l’artisanat et de l’architecture perses antérieurs aux influences occidentales. Le palais fortifié, l’un des plus anciens groupes de bâtiments à Téhéran, devint le siège du gouvernement de la famille Qajar, qui arriva au pouvoir en 1779 et fit de Téhéran la capitale du pays. Construit autour d’un jardin comportant des piscines ainsi que des zones plantées, les caractéristiques les plus caractéristiques du palais et les riches ornements datent du 19ème siècle. Il est devenu un centre d’arts et d’architecture Qajari dont il est un exemple remarquable et qui est resté une source d’inspiration pour les artistes et les architectes iraniens à ce jour. Il représente un nouveau style incorporant des arts et métiers traditionnels persans et des éléments de l’architecture et de la technologie du 18ème siècle.

Gonbad-e Qabus

Le tombeau de 53 m de haut construit en l’an 1006 pour Qabus Ibn Voshmgir, souverain ziyaride et lettré, près des ruines de l’ancienne ville de Jorjan dans le nord-est de l’Iran, témoigne des échanges culturels entre les nomades d’Asie centrale et l’ancienne civilisation iranienne . La tour est la seule preuve de Jorjan, un ancien centre des arts et des sciences qui fut détruit lors de l’invasion des Mongols aux XIVe et XVe siècles. C’est un exemple exceptionnel et technologiquement innovateur de l’architecture islamique qui a influencé la construction sacrale en Iran, en Anatolie et en Asie centrale. Construites en briques cuites non émaillées, les formes géométriques complexes du monument constituent un cylindre effilé d’un diamètre de 17-15,5 m, surmonté d’un toit conique en brique. Il illustre le développement des mathématiques et des sciences dans le monde musulman au tournant du premier millénaire après JC.

Masjed-e Jame d’Ispahan

Située dans le centre historique d’Ispahan, la Masjed-e Jame (la mosquée du Vendredi) peut être considérée comme une superbe illustration de l’évolution de l’architecture de la mosquée pendant douze siècles, à partir de 841. C’est le plus ancien édifice préservé de ce type. en Iran et un prototype pour la conception de mosquées plus tard dans toute l’Asie centrale. Le complexe, qui s’étend sur plus de 20 000 m2, est également le premier bâtiment islamique qui a adapté l’agencement des quatre palais des palais sassanides à l’architecture religieuse islamique. Ses dômes côtelés à double coque représentent une innovation architecturale qui a inspiré les constructeurs de toute la région. Le site présente également des détails décoratifs remarquables représentatifs des développements stylistiques sur plus de mille ans d’art islamique.

Le Jardin Persan

La propriété comprend neuf jardins dans autant de provinces. Ils illustrent la diversité des modèles de jardins persans qui ont évolué et adaptés aux différentes conditions climatiques tout en conservant des principes qui ont leurs racines dans les temps de Cyrus le Grand, 6ème siècle avant JC. Toujours divisé en quatre secteurs, avec l’eau jouant un rôle important pour l’irrigation et l’ornementation, le jardin persan a été conçu pour symboliser l’Eden et les quatre éléments zoroastriens du ciel, de la terre, de l’eau et des plantes. Ces jardins, datant de différentes périodes depuis le 6ème siècle avant JC, comprennent également des bâtiments, des pavillons et des murs, ainsi que des systèmes d’irrigation sophistiqués. Ils ont influencé l’art de la création de jardins jusqu’en Inde et en Espagne.

Complexe historique du bazar de Tabriz

Tabriz a été un lieu d’échange culturel depuis l’antiquité et son complexe historique de bazars est l’un des centres commerciaux les plus importants de la route de la soie. Le complexe du bazar historique de Tabriz se compose d’une série de structures en briques, de bâtiments et d’espaces fermés interconnectés et couverts pour différentes fonctions. Tabriz et son bazar étaient déjà prospères et célèbres au 13ème siècle, quand la ville, dans la province de l’Azerbaïdjan oriental, est devenue la capitale du royaume safavide. La ville a perdu son statut de capitale au 16ème siècle, mais est restée importante en tant que centre commercial jusqu’à la fin du 18ème siècle, avec l’expansion de la puissance ottomane. C’est l’un des exemples les plus complets du système commercial et culturel traditionnel de l’Iran.

Ensemble de Cheikh Safi al-din Khanegah et de Shrine à Ardabil

Construit entre le début du 16ème siècle et la fin du 18ème siècle, ce lieu de retraite spirituelle dans la tradition soufie utilise des formes architecturales traditionnelles iraniennes pour maximiser l’utilisation de l’espace disponible pour accueillir une variété de fonctions (y compris une bibliothèque, une mosquée, une école, un mausolée, une citerne, un hôpital, des cuisines, une boulangerie et quelques bureaux). Il incorpore un itinéraire pour atteindre le sanctuaire du Cheikh divisé en sept segments, qui reflètent les sept étapes du mysticisme soufi, séparées par huit portes, qui représentent les huit attitudes du soufisme. L’ensemble comprend des façades et des intérieurs bien conservés et richement ornés, avec une remarquable collection d’objets anciens. Il constitue un ensemble rare d’éléments de l’architecture islamique médiévale.

Système hydraulique historique de Shushtar

Shoushtar, système hydraulique historique, inscrit comme un chef-d’œuvre de génie créatif, remonte à Darius le Grand au 5ème siècle av. Elle impliquait la création de deux principaux canaux de dérivation sur la rivière Karoun dont l’un, le canal Gargar, est toujours utilisé pour fournir de l’eau à la ville de Shoushtar via une série de tunnels qui fournissent de l’eau aux moulins. Il forme une falaise spectaculaire à partir de laquelle l’eau se déverse dans un bassin en aval. Il pénètre ensuite dans la plaine située au sud de la ville où il a permis la plantation de vergers et l’agriculture sur une superficie de 40 000 ha. connu sous le nom de Mianab (Paradise). La propriété possède un ensemble de sites remarquables dont le château de Salasel, le centre d’opération de l’ensemble du système hydraulique, la tour où le niveau d’eau est mesuré, les damns, les ponts, les bassins et les moulins. Il témoigne du savoir-faire des Élamites et des Mésopotamiens ainsi que de l’expertise nabatéenne plus récente et de l’influence des constructions romaines.

Ensembles monastiques arméniens d’Iran

Les ensembles monastiques arméniens d’Iran, dans le nord-ouest du pays, se composent de trois ensembles monastiques de la foi chrétienne arménienne: St Thaddeus et St Stepanos et la chapelle de Dzordzor. Ces édifices – dont le plus ancien, St Thaddeus, remonte au 7ème siècle – sont des exemples de valeur universelle exceptionnelle des traditions architecturales et décoratives arméniennes. Ils témoignent d’échanges très importants avec les autres cultures régionales, en particulier les Byzantins, les Orthodoxes et les Persans. Situés sur la frange sud-est de la zone principale de l’espace culturel arménien, les monastères constituaient un important centre de diffusion de cette culture dans la région. Ce sont les derniers restes régionaux de cette culture qui sont encore dans un état satisfaisant d’intégrité et d’authenticité. En outre, en tant que lieux de pèlerinage, les ensembles monastiques sont des témoins vivants des traditions religieuses arméniennes à travers les siècles.

Behistun

Behistun est situé le long de l’ancienne route commerciale reliant le haut plateau iranien avec la Mésopotamie et présente des vestiges de la préhistoire aux périodes médianes, achéménides, sassanides et ilkhanides. Le monument principal de ce site archéologique est le bas-relief et l’inscription cunéiforme ordonnée par Darius Ier, le Grand, lorsqu’il accéda au trône de l’Empire perse, 521 av. Le bas-relief représente Darius tenant un arc, en signe de souveraineté, et s’avançant sur la poitrine d’un personnage allongé sur le dos devant lui. Selon la légende, la figure représente Gaumata, le mage médian et prétendant au trône dont l’assassinat a conduit à l’accession au pouvoir de Darius. Au-dessous et autour des bas-reliefs, il y a ca. 1200 lignes d’inscriptions racontant l’histoire des batailles menées par Darius en 521-520 av. J.-C. contre les gouverneurs qui tentèrent de démembrer l’Empire fondé par Cyrus. L’inscription est écrite en trois langues. Le plus ancien est un texte élamite faisant référence à des légendes décrivant le roi et les rébellions. Ceci est suivi par une version babylonienne de légendes similaires. La dernière phase de l’inscription est particulièrement importante, car c’est ici que Darius a introduit pour la première fois la version en vieux persan de sa res gestae (les choses faites). C’est le seul texte monumental connu des Achéménides à documenter le rétablissement de l’Empire par Darius I. Il témoigne aussi de l’échange d’influences dans le développement de l’art monumental et de l’écriture dans la région de l’Empire perse. Il existe également des vestiges de la période médiane (VIIIe-VIIe siècles av. J.-C.) ainsi que des périodes achéménides (VIe-IVe siècles av. J.-C.) et post-achéménides.

Bam et son paysage culturel

Bam est situé dans un environnement désertique à la limite sud du haut plateau iranien. Les origines de Bam remontent à la période achéménide (VIe-IVe siècles av. J.-C.). Son apogée était du 7ème au 11ème siècle, étant au carrefour d’importantes routes commerciales et connu pour la production de vêtements en soie et en coton. L’existence de la vie dans l’oasis était basée sur les canaux d’irrigation souterrains, les Qanats, dont Bam a conservé quelques-unes des premières preuves en Iran. Arg-e Bam est l’exemple le plus représentatif d’une ville médiévale fortifiée construite en technique vernaculaire utilisant des couches de boue (Chineh).

Soltaniyeh

Le mausolée d’Oljaytu a été construit en 1302-12 dans la ville de Soltaniyeh, la capitale de la dynastie des Ilkhanides, fondée par les Mongols. Situé dans la province de Zanjan, Soltaniyeh est l’un des exemples remarquables des réalisations de l’architecture persane et un monument clé dans le développement de son architecture islamique. Le bâtiment octogonal est couronné d’un dôme de 50 m de haut recouvert de faïence bleu turquoise et entouré de huit minarets minces. C’est le premier exemple existant du dôme à double obus en Iran. La décoration intérieure du mausolée est également remarquable et des érudits tels que A.U. Pope a décrit le bâtiment comme «anticipant le Taj Mahal».

Pasargades

Pasargades fut la première capitale dynastique de l’Empire achéménide, fondée par Cyrus II le Grand, à Pars, patrie des Perses, au 6ème siècle avant JC. Ses palais, jardins et le mausolée de Cyrus sont des exemples remarquables de la première phase de l’art et de l’architecture achéménide royal et des témoignages exceptionnels de la civilisation perse. Les vestiges particulièrement remarquables du site de 160 ha comprennent: Le Mausolée de Cyrus II; Tall-e Takht, une terrasse fortifiée; et un ensemble royal de maison de gardien, salle d’audience, palais résidentiel et jardins. Pasargades était la capitale du premier grand empire multiculturel en Asie occidentale. Couvrant la Méditerranée orientale et l’Égypte jusqu’à la rivière Hindous, il est considéré comme le premier empire à respecter la diversité culturelle de ses différents peuples. Cela s’est reflété dans l’architecture achéménide, une représentation synthétique de différentes cultures.

Takht-e Soleyman

Le site archéologique de Takht-e Sulaiman, dans le nord-ouest de l’Iran, est situé dans une vallée située dans une région montagneuse volcanique. Le site comprend le principal sanctuaire zoroastrien en partie reconstruit à l’époque ilkhanide (Mongol) (XIIIe siècle) ainsi qu’un temple de la période sassanide (VIe et VIIe siècles) dédié à Anahita. Le site a une signification symbolique importante. Les conceptions du temple du feu, du palais et de la disposition générale ont fortement influencé le développement de l’architecture islamique.

Meidan Imam (Place d’Imam), Ispahan

Construit par Shah Abbas, le Grand au début du 17ème siècle, et bordé de tous côtés par des bâtiments monumentaux reliés par une série d’arcades à deux étages, le site est connu pour la mosquée royale, la mosquée de Sheykh Lotfollah, le magnifique portique de Qaysariyyeh et palais timouride du XVe siècle. Ils sont un témoignage impressionnant du niveau de vie sociale et culturelle en Perse pendant l’ère Safavide.

Persépolis

Fondée par Darius Ier en 518 av. J.-C., Persépolis était la capitale de l’Empire achéménide. Il a été construit sur une immense terrasse semi-artificielle, semi-naturelle, où le roi des rois a créé un impressionnant complexe de palais inspiré par les modèles mésopotamiens. L’importance et la qualité des ruines monumentales en font un site archéologique unique.

Tchogha Zanbil

Les ruines de la ville sainte du Royaume d’Elam, entourées de trois énormes murs concentriques, se trouvent à Tchogha Zanbil. Fondé c. 1250 av. J.-C., la ville est restée inachevée après avoir été envahie par Ashurbanipal, comme le montrent les milliers de briques inutilisées laissées sur le site. L’incroyable édifice qui est le monument le plus important des dynasties élamiennes.
.
.
.

Ville historique de Yazd

La ville de Yazd est située au milieu du plateau iranien, à 270 kilomètres au sud-est d’Ispahan, à proximité des routes des épices et de la soie. Il témoigne de l’utilisation de ressources limitées pour survivre dans le désert. L’eau est fournie à la ville à travers un système de qanat développé pour tirer l’eau souterraine. L’architecture en terre de Yazd a échappé à la modernisation qui a détruit de nombreuses villes traditionnelles, conservant ses quartiers traditionnels, le système qanat, les maisons traditionnelles, les bazars, les hammams, les mosquées, les synagogues, les temples zoroastriens et le jardin historique de Dolat-Abad.